Skip to main content

Attention: vous devez être connecté pour accéder à l'annuaire des adhérents, aux lettres de moins de deux ans, aux enregistrements audio des rencontres, aux forums, ou encore pour écrire dans votre blog ou commenter les billets et articles du site.


 

Enfin un accord socio-économique entre un géant des NTIC et l'Etat !

Depuis la montée en puissance des sites d'information WEB (lemonde.fr, nouvelobs.com, slate.fr,mediapart.com,...), la presse française (quotidienne et magazine), parmi de nombreux autres secteurs économiques, subit une crise assez aigüe dans ses ventes. Le lectorat des "feuilles" régulières en kiosque fait place à un public beaucoup plus axé sur les infos en ligne, ceci étant d'ailleurs renforcé par les technologies mobiles d'accès au NET.

Par ailleurs, outre l'existence du site "news.google.fr", qui propose de très nombreux liens généraux ou spécialisés (culture, sport, high-tech) vers des organes d'information classiques, la multinationale GOOGLE utilise ces liens pour placer des spots commerciaux sur ses divers sites et moteurs de recherche, ce qui est une entorse au droit commercial. Au lieu d'une loi, le gouvernement a fait le choix d'une indemnisation de l'Etat par la multinationale :

http://www.zdnet.fr/actualites/accord-entre-google-et-la-presse-un-fonds-pour-la-transition-numerique-de-60-millions-d-euros-39786850.htm

qui sera reversé aux partenaires de presse impliqués dans le partenariat.

La France est le premier pays à conclure un accord de ce type. Gageons qu'il contribuera à "assainir" le marché numérique, qui comporte beaucoup d'autres problématiques, économiques, sociales et fiscales.

pkineider@numericable.fr.

Portrait de Martine Otter
Martine Otter
offline
Inscription: 29/05/2008
Vous avez-dit accord?

Un accord a bien été conclu entre Google et les patrons de presse français, après de longues négociations. Mais même si le gouvernement français a fait (un peu) pression pour faire aboutir les négociations, on ne peut affirmer qu'il s'agit d'un accord entre Google et la France...sauf à assimiler l'Etat français aux groupes de presse...

Cet accord entre deux acteurs privés que sont Google et l'IPG (Association de la presse d’information politique et générale est pour l'instant confidentiel et pourrait le demeurer. Nous n'en connaissons que les grandes lignes et pas les détails particuliers, dont les avantages consentis par Google sur l'utilisation de certains produits publicitaires tels qu'Adsense. Le SPIIL (Syndicat de la Presse Indépendante d'Information en Ligne) dont les adhérents pourraient ne pas bénéficier des dits avantages a demandé que cet accord soit rendu public:

http://www.spiil.org/20130203/spiil-demande-l-accord-google-ipg-soit-rendu-public

Pour en savoir plus:

http://www.webrankinfo.com/dossiers/google/contrat-presse-france#utm_source=WebRankInfo&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter-2013-02-05&utm_content=newsletter-actualites

 

Martine OTTER

Join me on Linkedin

Portrait de dbergerot
dbergerot
offline
Inscription: 03/02/2009
accord économique Google Etat français

Effectivement c'est une surprise.

A quel organisme les fonds seront-ils versés par Google ? Comment se fera la répartition des fonds ?

Il est sans doute trop tôt pour le savoir.

Dominique Bergerot

Portrait de KINEIDER
KINEIDER
offline
Inscription: 11/11/2009
réponse (actualisée le 9/2/13)

Il s'agit d'un fonds, s'étalant sur 3 ans, géré par un Conseil d'Administration composé des représentants de GOOGLE, des éditeurs et de personnalités indépendantes.

Suivant l'Expansion : "pour en bénéficier, les éditeurs devront au CA présenter des projets innovants à un conseil d'administration qui les sélectionnera en fonction de leur intérêt, et où siégeront Google, des éditeurs de presse et des personnalités indépendantes".

La presse vit une crise profonde vis-à-vis de la numérisation. Elle a investi environ 30 à 40 Millions par an ces dernières années pour le passage au numérique.

pkineider@numericable.fr

Coordonnées :

patrick.kineider@hotmail.fr
tél: 0608242938 (avec répondeur)