Aller au contenu principal

ILLECTRONISME : un état de fait ? un handicap social ? en tout cas, un néologisme

Dans notre pays, un ancien candidat à la présidence de la république avait évoqué une "fracture sociale" ( à laquelle son programme se proposait de remédier, ce qui est..une autre question !). Dans les années qui suivirent, s'imposait dans le paysage socio-économique, une "fracture numérique" qui désignait l'ensemble des disparités dans l'implantation et l'appropriation des nouvelles technologies NTIC suivant les régions et les niveaux sociaux.

Au-delà du cas des pays dits "émergents" sur les 5 continents, en EUROPE, 20 ans après les débuts du NET ayant conduit à 80 % de taux de connexion, et une acceptation très large du progrès ainsi induit, et aussi, une dizaine d'années après l'arrivée des smartphones, il reste une proportion d'environ 75 % de "mal connectés". Le terme d' "illectronisme", un peu barbare, est apparu ; ce qui semble signifier qu'au delà du constat, de multiples blocages à une expansion plus large existent, et ce, malgré une banalisation des matériels centraux de plus en plus puissants et des coûts d'acquisition et d'usage des matériaux de terminaison de plus en plus faibles.

1 - il semble que l'accès,de plus en plus universel, aux grandes bases de données publiques et/ou privées ait fait naitre des volontés d'atténuer les risques de diffusion incontrôlée ou commerciale de ces données (pas seulement, des données dites "sensibles" ou ayant un caractère de "sécurité publique");

2/ de ce fait, dans de nombreux pays, les acteurs nationaux et surtout locaux de développement numérique, décrits dans les Lettres adéliennes n°106 et 108, apparaissent  frileux  plus souvent qu'à leur tour.

A titre d'exemple,  on se rend compte que des dispositifs à l'échelle nationale tels que "le prélèvement de l'impôit sur le revenu à la source" programmé pour début 2019, s'ils ne sont pas accompagnés d'une sensibilisation multiforme des acteurs (sociétés, administrations, caisses de retraite, personnes imposées) est susceptible de rencontrer d'importantes difficultés de mise en oeuvre.

L'evolution des techniques est rapide, mais nous sommes réellement, dans une évolution de ces processus dans le "temps long"...

patrick.kineider@hotmail.fr