Aller au contenu principal

Cybercriminalité

"Internet : la sécurité en jeu", 20/11/2018-19h "Autour d'un verre"

20/11/2018 19:00
20/11/2018 21:00

"Internet, la sécurité en jeu ... " 20/11/2018-19h "Autour d'un verre"(conférence / débat)

animée par Olivier Itéanu

Les derniers événements de Google, qui a annoncé la fermeture de son réseau social Google+, suite au piratage de 500 000 de ses comptes, illustrent bien l’enjeu de sécurité sur Internet. Cette affaire suit celle de Facebook, dont la dernière faille de sécurité a permis à des hackers de pirater les données de 50 millions de comptes. Les propos de son PDG Mark Zuckerberg, une fois de plus monté au créneau, n’ont pas suffi à rassurer les utilisateurs sur les conditions réunies par la société pour protéger leurs données.

De la même manière, les hackers professionnels mandatés par des États sont en mesure d’intervenir sur des campagnes électorales… Il semblerait que l’élection de Donald Trump ait été influencée fortement par l’activité peu orthodoxe de la société de conseil politique britannique Cambridge Analytica, qui en piratant des données personnelles sur Facebook (on parle de 87 millions de comptes), a su créer des algorithmes spécifiques susceptibles d’influencer les électeurs américains.

La technique numérique progresse au galop, laissant loin derrière elle le droit qui peine à s’ajuster, à s’adapter. Peu de pays ont à ce jour légiféré suffisamment loin pour assurer la protection des données personnelles. Les États-Unis n’ont aucune loi fédérale allant dans ce sens, seule l’Europe a adopté à ce jour une réglementation (RGPD – Règlement Général sur la Protection des Données).

L’avènement du Big data nous fait craindre le pire, sans filet de sécurité, comment pouvons nous concilier le bon usage du numérique avec le respect des libertés fondamentales ?

 

Lieu: 
Café de la mairie, 51 rue de Bretagne 75003 PARIS

FISAA, une menace plus grave que le patriot Act pour la protection de nos données personnelles

Le Foreign Intelligence Surveillance Amendment Act (FISAA) n'est pas nouveau puisqu'il date de 2008. Il autorise la surveillance de masse des étrangers, en permettant la récupération de toute donnée déposée dans les nuages, à l'extérieur du territoire des USA.

Syndiquer le contenu