Aller au contenu principal

Outils d'aide à la conception des SI de gestion

Collectif ADELI - Avril 1997

ADELI dresse chaque année le panorama des outils d'aide à la conception des systèmes d'information de gestion, distribués en France. Dix ans après la publication du premier AGLoscope, le cru 97 se fait l'écho d'un monde nouveau, résolument tourné vers l'objet. Comme chaque année, il contient des tableaux de synthèse et les descriptifs de nombreux produits. Pour la deuxième fois, il réunit des témoignages d'utilisateurs. Un chapitre entier fait le point sur les récentes évolutions méthodologiques. Cet ouvrage devient au fil des ans une institution qui joue un double rôle :
- doter les décideurs d'un outil (descriptif objectif, tableaux de synthèse) leur permettant de préparer la sélection qui correspond à leurs besoins ;
- faire le point annuel sur l'état de l'art des évolutions méthodologiques et technologiques.

Cet ouvrage est épuisé.

Vers les méthodes coopérantes -par Prasong Cuong Kham

En informatique, un délai de 10 ans est souvent nécessaire pour faire accepter une nouvelle vague technologique et le changement qui l’accompagne.

Plusieurs spécialistes prévoient que "la percée de l’orienté objet" échappera à cette règle tant elle semble envahir rapidement tous les domaines.

En effet, le premier livre de Grady Booch sur le sujet date de 1986, et celui de James Rumbaugh se situe en 1991, leur coopération avec Ivar Jacobson nous propose, aujourd’hui, une méthode qui est déjà le standard de l’objet chez nos partenaires éditeurs (cf. AGLoscope 97).

Parallèlement à cette évolution, l’AGLoscope est passé de l’approche "recueil d’informations sur les outils de conception" (vues statique et fonctionnelle) à l’approche "synthétique et suggestive" (vues dynamique et comportementale) afin d’offrir aux futurs acquéreurs d’outils les premiers moyens de sélection qui leur sont nécessaires.

D’après nos études contenues dans les AGLoscope (94, 95, 96 et 97) nous constatons que les outils des éditeurs peuvent être classés selon leur méthode originelle (structurée ou objet) et leur culture (cartésienne ou pragmatique). Nous vous suggérons ces 4 familles à travers les 2 catégories suivantes :

Méthodes Structurées

Famille MERISE : les outils où la méthode de base fait partie de MERISE structurée  :
merise, mega, merise+, merise/2, etc.

Famille structurée anglo-saxonne  : les outils où la méthode de base est anglo-saxonne et structurée :
ie, sa, yourdon, sadt, sart, case*method, etc.

Méthodes Objet

Famille Objet anglo-saxonne : les outils où la méthode de base est objet et anglo-saxonne  :
ooa, ood, ooad, oom, objectory, uml, etc.

Famille Objet originale : les outils où la méthode de base est objet et non anglo-saxonne  :
classe-relation, objets naturels, etc.

Evolution méthodologique des produits

Nos études précédentes, complétées par les informations figurant dans l’AGLoscope 97, nous permettent de faire le point sur les évolutions méthodologiques selon quatre grands axes :

  • Evolution interne au sein de la famille de méthodes
    • Recentrage de l’offre
    • Evolution interne de la famille de méthodes
    • Première présence dans l’AGLoscope 97
  • Appropriation des méthodes anglo-saxonnes par des éditeurs de la famille Merise  ---Famille Merise vers famille structurée anglo-saxonne
    •   Famille objet originale vers famille Objet anglo-saxonne
  • Ralliement des éditeurs des familles de méthodes structurées vers des familles de méthodes objet
    •   Famille Merise vers famille Objet anglo-saxonne
    •   Famille Merise vers famille Objet originale
    •   Famille structurée anglo-saxonne vers famille Objet anglo-saxonne
  • Convergence des 4 familles vers la famille de méthodes coopérantes
    •   Famille Merise vers famille méthodes coopérantes
    •   Famille Objet originale vers famille méthodes coopéantes
    •   Famille structurée anglo-saxonne vers famille méthodes coopérantes
    •   Famille Objet anglo-saxonne vers famille méthodes coopérantes

image 709 x 527 (GIF)

Les flèches droites (noires ou blanches) représentent l’évolution des outils d’une famille possédant une méthode de base vers une autre famille afin de supporter une méthode appartenant à la famille ciblée. Les deux méthodes supportées par l’outil ne coopèrent pas.

Les flèches courbes représentent une évolution d’un outil d’une famille possédant une méthode de base vers une autre famille afin de supporter et de coopérer avec une méthode appartenant à la famille ciblée. Les deux méthodes supportées par l’outil coopèrent, elles communiquent entre elles selon les mécanismes de transformation, d’incorporation ou les deux.

L’apport des méthodes coopérantes à la coopération des systèmes ...

Une méthode coopérante permet la communication entre les spécifications issues de méthodes différentes. Cette coopération s’effectue à travers les deux mécanismes suivants :

  •   transformer les modèles de base vers les modèles de la méthode ciblée
  •   incorporer les modèles externes de la méthode ciblée dans les modèles de base.

L’outil supportant des méthodes coopérantes contribue à faire évoluer les applications de l’entreprise s’il répond à trois exigences principales :

  •   l’ouverture de l’outil de conception avec les autres produits de son environnement (bases de données, outil de réalisation, etc.)
  •   la prise en compte de l’existant méthodologique de l’entreprise
  •   la culture des acteurs impliqués dans le changement méthodologique.

L’ouverture des outils est établie depuis ces dernières années avec l’hétérogénéité des plates-formes .

L’intégration de l’existant méthodologique semble être sur la bonne voie avec la technologie de l’objet et le concept de méthode coopérante.

La dernière exigence relative au changement culturel est la plus délicate à satisfaire car elle impose la maîtrise de facteurs socioculturels.

Méthodes coopérantes : transformation & incorporation

La coopération entre méthodes peut s’effectuer de différentes manières :

  • entre deux familles de méthodes : structurée-structurée, structurée-objet, objet-objet ;
  • à travers les deux mécanismes : transformation et incorporation (cf. schémas pages 17 & 18 de l’AGLoscope 97).

Une méthode coopérante est partiellement coopérative avec une méthode ciblée quand elle transforme ou incorpore des modèles.

Elle est totalement coopérative avec une méthode ciblée quand les deux mécanismes sont possibles.

Dans tous les cas, elle est une méthode coopérante avec une méthode ciblée et avec un outil spécifique.

Pour connaître les méthodes coopérantes de chaque atelier (selon les mécanismes : transformation et incorporation) parmi les 22 ateliers étudiés nous vous invitons à vous référer à l’AGLoscope 97.

Extrait du Sommaire

  • Présentation de l’AGLoscope 97
  • Vers les méthodes coopérantes
  • Du côté des utilisateurs (synthèse de la vision " utilisateur " sur les produits)
  • Du côté des fournisseurs (synthèse de la vision " fournisseur " sur leurs produits)
  • Tableaux de synthèse
  • Comment choisir
  • Témoignages de 13 utilisateurs
  • Descriptif de 22 produits :
AGL Société Adresse
AGL-X Groupe PRISME www.prisme.fr
AMC*Designor SYBASE France  
CONCEPTOR TELIS CEGELOG -
EXCELERATOR II INTERSOLV www.intersolv.com
GraphTalk OMT CONTINUUM SOCS -
KEY :Enterprise STERLING SOFTWARE  
KEY :WorkGroup STERLING SOFTWARE  
MEGA MEGA International www.mega.com
MERISE / MAESTRO II SOFTLAB www.softlab.de
Objecteering SOFTEAM www.softeam.fr
ObjectPool TEAMSA INFORMATIQUE -
ORACLE Designer/2000 ORACLE www.oracle.com
PACDESIGN CGI Informatique Racheté par IBM en 1994
Paradigm Plus PLATINUM Technology Racheté par CA (Computer Associates) en 1999
PRINCIPIA SEMA Group Racheté par Schlumberger, puis par Atos...
Rational Rose Rational Software Corporation www.rational.com
SELECT / ENABLER SOFTLAB www.softlab.de
SELECT/ENTREPRISE Microdata Soft -
SILVERRUN CSA France www.silverrun.com
Système DELF DELF -
TRAMIS CONCIS Technologies  
Win’Design CECIMA