Aller au contenu principal

Lettre numéro 103 - Printemps 2016 - La polyvalence

 

 

Dans un monde en perpétuel changement, la résilience, définie comme la capacité à rebondir, est une qualité indispensable. Développer sa polyvalence dans les différents domaines de la vie personnelle et professionnelle permet de s’adapter plus facilement dans les périodes de crise.

Résilience et polyvalence font partie des principes de l’agilité, auxquels on rajoute généralement la flexibilité, l’adaptabilité, la réactivité et la capacité à innover.

 

Polyvalence

Le thème de cette lettre n° 103 est la polyvalence. Si cette valeur est aujourd’hui plébiscitée par les entreprises, c’est qu’elle est associée au travail collaboratif. La complexité des systèmes multiplie les interactions entre acteurs, mettant fin à l’organisation en silos et au découpage artificiel des métiers et des matières, imposé depuis l'école primaire.

Le mythe de Shiva ou celui de Robinson Crusoé traduisent bien cet attrait pour la polyvalence :

  • Shiva, avec ses quatre bras, est le symbole même de la polyvalence ;
  • Robinson, avec seulement deux bras humains arrive à tout faire tout seul, subvenir à ses besoins alimentaires, en chassant et pêchant, cultiver la terre, construire une habitation ou fabriquer des poteries…

De multiples avantages sont attendus de la polyvalence, au bénéfice du salarié :

  • diversité des tâches qui permet d’éviter la fatigue musculaire et intellectuelle ;
  • apprentissage permanent qui maintient l’employabilité ;
  • plaisir de la découverte.

À exécuter toujours la même tâche, on finit par s’ennuyer. La routine supprime le plaisir du travail accompli. Comme nous l’avons souvent exprimé, la résistance au changement ne se manifeste que vis-à-vis des changements qui nous sont imposés, pas de ceux que nous avons choisis.

Mais n’oublions pas le côté sombre de la polyvalence, celui qui favorise les réductions de personnel, en exigeant une ultrapolyvalence des salariés, sans tenir compte des aptitudes de chacun ni du poste de travail au détriment de leur santé et de leurs droits élémentaires. Il ne faut effectivement pas confondre la polyvalence de la bonne à tout faire et celle du médecin généraliste…

Vous trouverez dans cette Lettre, plusieurs articles s’interrogeant sur les mérites de la polyvalence :

  • Pierre Fischof en soupèse les avantages et inconvénients, en laissant à chacun le soin d’en tirer les conclusions appropriées au contexte professionnel ou personnel dans lequel il évolue.
  • Véronique Pelletier nous en vante les mérites indéniables dans le milieu associatif. Les membres du comité d’ADELI pourront effectivement témoigner des compétences qu’ils ont pu acquérir dans des domaines aussi variés que la comptabilité, la manipulation des outils bureautiques, l’organisation d’événements ou l’administration de site Web.

Mais la polyvalence n’est pas le propre des êtres humains ; elle est une caractéristique fréquente de nombreux objets de notre vie courante. Qui oserait encore imaginer un aspirateur qui ne servirait qu’à aspirer, une perceuse qui ne servirait qu’à percer ou un téléphone qui ne servirait qu’à téléphoner ?

Je vous présente en contrepoint l’ouvrage de Maître Bensoussan sur le droit des robots, ouvrant des voies nouvelles à la gestion de la complexité et à la libération de l’homme par la polyvalence des robots.

Résilience

L’article d’Alain Coulon sur le mystère de l’accident du MH370 pose directement la question de la résilience. Les systèmes de pilotage sont de plus en plus complexes et semblent laisser subsister des vides abyssaux dans la détection des problèmes. La multiplicité des moyens de contrôle mis en œuvre souligne l’absence de coordination entre les différents systèmes et la subsistance de silos là où la polyvalence devrait être la règle.

On voit ici que résilience et polyvalence sont directement liées. Les plans de continuité des entreprises intègrent d’ailleurs aujourd’hui des plans de polyvalence de leurs ressources humaines clés. Et la résilience d’ADELI, dans un contexte économique peu favorable au monde associatif, est en grande partie liée aux qualités de polyvalence de ses membres.

Le compte rendu de la rencontre avec André-Yves Portnoff du 15 février dernier, rédigé par Pierre Fischof, vient clore naturellement cette Lettre en nous interpellant sur les aspects humains essentiels qui conditionnent notre résilience dans la transition numérique à l’œuvre.

Je vous souhaite donc une excellente lecture de cette Lettre n° 103, tout en vous appelant à contribution pour la Lettre n° 104, qui paraîtra début juillet sur un thème d’actualité, celui de la désintermédiation permise par le numérique, rebaptisée aujourd’hui uberisation, modèle économique où l’entreprise se doit d’être polyvalente.

Martine Otter


La Lettre intégrale est téléchargeable en format pdf, ainsi que chacun des articles (voir liste ci-après).

Fichier attachéDateTaille
Fichier L103 - Texte intégral
Lettre n°103 - La polyvalence
09/04/16 4:50 pm1.38 Mo
Fichier L103p02 - Editorial - Résilience et polyvalence
Dans un monde en perpétuel changement, la résilience, définie comme la capacité à rebondir, est une qualité indispensable. Développer sa polyvalence dans les différents domaines de la vie personnelle et professionnelle permet de s’adapter plus facilement dans les périodes de crise. Résilience et polyvalence font partie des principes de l’agilité, auxquels on rajoute généralement la flexibilité, l’adaptabilité, la réactivité et la capacité à innover.
09/04/16 2:35 pm312.52 Ko
Fichier L103p05-La polyvalence : quelles utopies, quelles réalités ?
La polyvalence: quelles utopies , quelles réalités? La polyvalence ne semblait plus depuis longtemps, à notre époque, une valeur à la mode, tout semblant devoir être sacrifié depuis longtemps aux dieux de la spécialisation. Comment ces deux impératifs peuvent-ils coexister, voire se compléter, sans se nuire l'un à l'autre ? Quelques réflexions pour tenter de défricher une question qui nous apparaît redevenue nouvelle. Par Pierre Fischof
09/04/16 2:35 pm292.27 Ko
Fichier L103p08-Polyvalence dans les associations
Que recouvre et suppose la polyvalence dans une association telle qu'ADELI ? L'article présente différents aspects de la polyvalence mise en œuvre dans les activités d'ADELI, puis dans les professions des systèmes d'information, du numérique, ainsi que dans le cadre familial et privé. Il conclut sur l’intérêt de la mise en œuvre de la polyvalence associative à ADELI, dans une activité sans cesse apprenante. Par Véronique Pelletier
09/04/16 2:35 pm303.56 Ko
Fichier L103p13-Droit de la robotique ou droit des robots ?
Une évolution nécessaire du droit - Présentation de l’ouvrage de Maître Bensoussan sur le Droit des robots. Face au développement de la robotique et à la multiplication de ses usages en interaction avec l’homme, faut-il mettre en place un cadre juridique spécifique en attribuant une personnalité au robot ? - Par Martine Otter
09/04/16 2:35 pm316.78 Ko
Fichier L103p17-MH370 : une folie volante
Un avion civil, après avoir échappé au maillage des systèmes de contrôle, aurait survolé l’océan indien pendant plusieurs heures avant de se volatiliser. L’article dresse un inventaire des moyens de communication et des organismes de contrôle de la circulation aérienne, avant de rappeler quelques hypothèses esquissées par les médias. - Par Alain Coulon
09/04/16 2:35 pm586.41 Ko
Fichier L103p23-La transition numérique, un problème humaniste ?
Compte rendu d’une Rencontre ADELI avec André-Yves Portnoff - La révolution de l'immatériel, à la fois industrielle et civilisationnelle, n'inverse pas les plus anciennes lois du succès des projets humains. Au contraire, elle les rend incontournables. À côté des conditions techniques, matérielles et financières, les plus déterminantes sont les conditions humaines. C’est-à-dire celles de la vision, des valeurs, de la capacité à l'écoute ouverte, attentive, des besoins de nos semblables, en alliance à la recherche du moyen le meilleur pour leur satisfaction. - rapporté par Pierre Fischof
09/04/16 2:35 pm289.85 Ko